La mémoire de mes sens

Publié par admin le

Êtes-vous déjà allé dans un pays où il est possible de faire du ski le matin et de surfer sur les vagues l’après-midi. Un pays unique avec ses forêts, ses déserts, ses dunes de sables, ses montagnes enneigées, ses cascades et ses près vert. Un pays où se côtoie tradition et modernité. Un pays des mille et un contraste. Un pays où on retrouve la plus vieille université au monde. Un pays où il suffit d’y aller une fois pour rester marqué à vie.
Avez vous devinez à quel pays je fais référence?
Le Maroc bien sûre!!
J’ai longtemps réfléchie a comment je pourrais vous décrire le Maroc? Comment arriver à vous transmettre mon amour pour ce merveilleux pays? Alors j’ai eu l’idée de vous faire voyager avec moi et de vous décrire le Maroc à travers mes 5 sens.
· Vue
On commence le voyage, ouvrez les yeux et venez avec moi, je suis dans le désert, percher tout en haut d’une dune, c’est le coucher du soleil, tout autour de moi il y a une interminable étendu de sable. J’observe le soleil couchant et je suis émerveillée par la beauté et la subtilité des couleurs….un mélange d’or et de larmes qui coulent de mes yeux. La nuit tombe d’un coup comme si quelqu’un avant éteint toutes les lumières. Je m’allonge alors sur le sable, et je regarde le ciel qui est inondé d’étoiles. Ce magnifique paysage m’apporte une profonde paix intérieure et c’est à ce moment là que mon estomac me ramène à la réalité.
· Odorat
L’odeur des brochettes d’agneau qui grille sur le charbon m’attire. Un mélange d’odeur de coriandre, de paprika de cumin de poivre et de curcuma me caresse les narines. Je dévale alors la dune a toute allure et tombe a plusieurs reprise avant d’atteindre le bivouac ou j’avais trouver refuge quelques heures auparavant. La fumée aveuglante et parfumée des brochettes envahissait les tentes, faisait à la fois pleurer et saliver.
On m’apport des serviettes chaudes parfumés de fleurs d’oranger pour m’essuyer les mains. Cette odeur me rappelle mon enfance, les habits de ma grand-mère en étaient toujours imprégnés.
· Le goût
Je me mets à table et devant moi se trouve une multitude de petit plat et au centre un majestueux couscous. Je tend la main et me sert à même le plat principal. A la première bouchée c’est une explosion de saveur. J’arrive à distinguer le gout de la cannelle, de la coriandre, du safran et du cumin.
Je prend mon verre d’eau en terre cuite dont la partie intérieure était enduite de goudron de bois de Thuya, provenant du Rif et donnant à son eau un goût et une fraîcheur inexplicables.
A la fin du repas je me sers un thé à la menthe sucré et amer en même temps que je déguste avec des Sfjn sorte de beignets marocain saupoudrés du sucre ou encore fourré a la confiture de fleurs d’oranger.
· L’ouïe
La journée suivante, je prends la route vers Marrakech. Dès mon arrivée, le contraste entre le désert et la ville se fait sentir immédiatement. J’arrive à la place Jamaa El-Fna. Un monde de parfums et de saveurs. Sur la place j’arrive à entendre le porteur d’eau qui fait retentir sa cloche pour prévenir de sa présence, les charmeurs de serpents qui jouent avec leur flute une musique qui m’ensorcèle. Un conteur d’histoires m’appelle à me joindre à lui et à la vingtaine de personnes qui l’entoure. Je décide plutôt d’aller rejoindre le groupe de musiciens folklorique au centre de la place et je me laisse entrainer dans le rythme enivrant des Tam Tam. Le téléphone sonne et me fait sortir de ma transe… c’est vrai je suis en retard pour le mariage de ma petite cousine.
· Le toucher
J’enfile mon caftan rouge en satin de soie brodé de fils d’or. La texture de ma robe est fluide et vaporeuse contrastant avec les babouches en cuire rigide que j’ai au pied. J’arrive au mariage et je suis à l’entrée accueillie par des bisous et des accolades des membres de ma famille et d’amis proches. Je me fais même pincer la joue par ma tante comme une enfant de 10 ans!
Je me hasard du cote masculin de la fête et j’observe les hommes qui se saluent avec une double poignée de main. Un mélange de fraternité et de respect. Je me sens enveloppé de l’amour et de la tendresse de ma famille et c’est réconfortant.
J’espère avoir réussi à vos faire découvrir, le temps d’un moment, le Maroc à travers mes yeux, mon nez, ma bouche, mes oreilles et ma peau.
Ghita